Zoom sur … Une mélodie qu'on oublie pas ...

Depuis 2 ans l'association France Alzheimer Meurthe-et-Moselle met en place un atelier chant à destination des personnes atteintes d'Alzheimer ou de maladies neurodégénératives apparentées.

Une mélodie qui reste en mémoire & qui traverse le temps, un instant pour évoquer le passé & surtout un moment qui permet aux personnes d'échanger, de se détendre. Rencontre.

 

 

 

Ulises Piedra, auteur-compositeur-interprète, vient animer depuis janvier 2013 cet atelier à la MJC Pichon. Avec un groupe d'une dizaine de participants, c'est guitare en main que l'artiste amène ces personnes au chant. Malgré des débuts un peu hésitants, le petit groupe commence à bien se connaître & la confiance s'est installée. La séance débute tout d'abord par des petits exercices de vocalises qui permettent de mobiliser l'attention, puis vient le moment de chanter. La plupart des chansons interprétées sont tirées de la variété française : Edith Piaf, Nino Ferrer, Georges Brassens, Henri Salvador... des chansons populaires qui ont bercé leur jeunesse. Malgré les troubles de la mémoire, les paroles sont restées en tête & les participants se prêtent au jeu & chantent avec joie. Les chansons sont choisies par l'intervenant, mais au fil des séances certains participants proposent des idées de chanson à travailler.

 

Ulises en profite également pour faire des petits exercices de reconnaissance : quelques notes s'échappent de sa guitare, petit moment de doute dans la salle & quelques instants plus tard les personnes se mettent à chanter. Même si le nom de la chanson ou du chanteur n'est pas toujours le bon, comme l'explique l'artiste « l'important ce n'est pas ça, l'important est de faire travailler la mémoire musicale, chaque chanson a une charge affective propre à chacun. Ils se sentent bien & c'est ça l'important ».

 

Moment d'évasion

 

Stéphanie Millot, secrétaire de l'association, assiste à tous les ateliers. « Même si je ne suis pas chargée de gérer l'aspect budgétaire des actions je travaille à leur mise en place, au choix des intervenants ». Il est donc important pour elle d'être présente, d'autant plus qu'elle représente une figure connue des malades, sur qui ils peuvent s’appuyer. Les conjoints / familles des malades peuvent également participer aux séances. Lors de notre venue, plusieurs couples étaient présents. Le groupe est plutôt variable, les personnes n'étant pas obligées d'assister à toutes les séances. Même si ces ateliers sont aussi mis en place pour soulager la famille des malades l'espace d'une après-midi, bien souvent il est difficile pour le/la conjoint(e) de laisser la personne seule.

 

Le principal objectif pour Stéphanie Millot est avant tout de permettre aux personnes d'échanger, de se détendre pour oublier pendant quelques heures la maladie. C'est pour cela d'ailleurs que l'atelier se déroule dans un lieu « neutre », pour s'éloigner un peu des établissements hospitaliers... « Nous voulons que ces personnes communiquent, l'aspect stimulant vient en second & la visée n'est pas du tout thérapeutique » précise Stéphanie. Cette maladie réduit bien souvent les connaissances du malade au cercle familial, c'est donc l'occasion pour eux de voir du monde & pour la famille de ne plus se sentir seule & isolée.

 

Si Ulises Piedra avait déjà eu l'occasion d'intervenir avec des publics spécifiques (dans un hôpital d'enfant & avec des personnes handicapées mentales), c'est la première fois qu'il travaille avec des personnes atteintes d'Alzheimer. Étrangement, quand le musicien nous parle de son public il n'évoque pas la maladie mais parle de personnes âgées. & de conclure « ça fait du bien de faire du bien ». Tout simplement.